Faubourg 26 L’agence artistique qualitative. Entretien avec Chad Boccara, Eugénie et Enea - SESSION LIVE EXCLUSIVE

6

MUSIQUE – Vous avez tous connu ce frisson envahissant votre corps à l’écoute d’une musique inspirante et qui élève votre sensibilité à un niveau considérable. Souvent, ce phénomène se déclenche par une voix qui vous parle, une intensité et une transmission d’émotion qui vous rend presque nostalgique. C’est ce que j’ai ressenti lorsque je suis tombé, un jour, sur une cover d’Eugénie, une jeune artiste de 21 ans qui venait tout juste de lancer sa page Facebook. Je me suis décidé à creuser, à chercher ce qui la rendait unique. Je suis tombé sur Faubourg 26, Chad Boccara et Enea. Il m’était alors impossible de passer outre cette agence créée par Chad en janvier dernier. Je leur ai donc donné rendez-vous dans le Xème arrondissement afin de mettre en lumière les belles années qui se profilent devant eux. En association avec la société de production Smartprod, nous avons voulu immortaliser ce moment par le tournage d’une nouvelle cover d’Eugénie, qu’elle nous a gentiment offert.

Le reportage vidéo est à retrouver en tête d’article. La session live exclusive d’Eugénie est en bas de page.

À 26 ans, Chad Boccara écrit, compose, et manage. Celui qui a étudié le marketing et la communication a très tôt commencé la musique en studio. Suite à sa formation, il a voulu avoir le plus d’expérience possible autour de la musique. S’en sont suivis de l’événementiel et du journalisme musical afin d’avoir la vision la plus large du métier possible. “Ouvrir Faubourg 26, ça a été l’aboutissement de toutes ces années d’étude et de cette expérience”, nous confie Chad.

L’agence n’est pas née par hasard, elle avait un but précis : repérer des talents bruts, les aider à se développer et les accompagner tout au long de leur carrière. Présentation de partenaires, rencontre avec des réalisateurs et compositeurs et démarchage auprès des maisons de disque sont une partie de toute la gamme qu’offre Faubourg 26 aux talents que Chad prend en charge. “Chaque talent possède déjà son propre univers. Mon rôle, c’est tenter de le mettre en avant afin de garantir une plus grande effectivité de l’artiste sur le marché”.

12291077_1526593267651270_7016385844641056121_o

Inaugurée en janvier dernier, Faubourg 26 compte aujourd’hui deux talents : Enea et Eugénie. “C’est vraiment un projet sur-mesure. Je ne veux pas dénaturer les talents ou construire quelque chose qui soit faux. Le but est de regarder ce qu’elles ont en elle, et ensuite apporter le recul nécessaire pour leur projet”, explique Chad en regardant du coin de l’oeil Eugénie, assise à ses côtés. Lorsque le manager l’a rencontrée dans une soirée, la jeune chanteuse de 21 ans n’avait rien posté sur le net. Elle faisait des covers pour elle sans les dévoiler à qui que ce soit. Une confiance inopinée pour Chad l’a persuadée de lui montrer une musique. Aujourd’hui, et après un parcours de plus d’un an, des musiciens, producteurs ou éditeurs sont intéressés par sa voix, sa sensibilité, et son engouement pour la musique. “L’objectif final, c’est que Faubourg 26 soit présent à la naissance du projet, mais surtout que l’agence les accompagne sur du long-terme, même après la signature en maison de disque”.

Faubourg 26 a l’ambition – trop rare aujourd’hui – de favoriser la qualité à la quantité. Enea, Eugénie, deux talents qui ne sont pas échoués dans des grands groupes à la recherche d’une petite place sur le marché. Par l’accompagnement de l’agence, les deux artistes ont l’avantage d’être encadrées et associées à une petite famille. “J’agrandirai Faubourg 26 lorsqu’elles auront déjà avancé dans leur projet, c’est à dire une signature en label, un album de prêt. Pour l’instant, mon but est d’arriver à destination avec elles”.
Néanmoins, Faubourg 26 ne s’arrête pas là puisque Chad les accompagne et les épaule dans la jungle des maisons de disque. S’assurer que l’entreprise s’est appropriée le projet pour ne pas aller vers une mauvaise direction, c’est un enjeu majeur de l’agence. À partir de ce moment, le travail est différent. Toujours avec une place majeure à l’accompagnement, le travail se divise avec une autre équipe. On n’est plus dans la création, on est dans une présence et du conseil encore plus flagrants et importants au fur et à mesure que l’artiste se fixe de nouveaux objectifs.

Si aujourd’hui je devais décrire ce que Chad fait vis-à-vis de moi dans son travail, c’est qu’il fait celle que je suis aujourd’hui et celle que je serai demain – Enea

C’est ce que confirme Enea lorsqu’on lui demande le rôle de Chad et de l’agence dans l’aboutissement de son projet, à savoir la récente signature chez Warner et sa victoire du concours NRJ Talent. “Chad m’a accompagnée de A à Z, il n’y a pas un moment où il n’a pas été présent” avoue la jeune artiste. “L’accompagnement est fondamental, c’est très important d’avoir confiance en son équipe. C’est un vrai pilier. Maintenant que la signature est faite chez Warner, le métier de Chad prend toute sa signification maintenant. Chez Warner, ce sera ma maison de disques, mais le développement de mon projet artistique, ce sera toujours la même équipe, à savoir Chad et Faubourg 26”.

10649772_537085889804624_8341135441841276241_n

Eugénie et Enea, deux univers radicalement différents

Au premier regard, Eugénie et Enea semblent avoir de nombreux points communs : la jeunesse et la passion de la musique contemporaine, la publication de covers ou compositions en acoustique piano/voix basés sur la transmission d’émotion plus que sur la performance vocale… Et pourtant, les deux artistes sont radicalement différentes. “Ce qui est excitant dans un projet, c’est sa particularité”, nous explique Chad.
Lorsqu’on écoute et observe avec intérêt le travail d’Eugénie qu’elle poste désormais une fois par mois sur sa page Facebook, il est facile de constater que la jeune femme travaille ses morceaux afin de procurer apaisement voire même mélancolie : un piano ou une guitare, de la sensibilité, un brin de réverbération. Nous voilà rapidement pris dans la tourmente et le désir d’évasion.

La mère d’Eugénie peint des tableaux abstraits. Nous nous sommes posés devant en tentant de trouver des mots pour écrire un texte comme sa mère met des couches de peinture pour créer la toile. L’écriture est donc plus abstraite et objet a plusieurs interprétations”, nous confie Chad. La vision musicale d’Eugénie se rapproche d’une forme de maturité artistique qui voit en la composition un moyen non seulement de raconter des histoires mais aussi les rendre proches de tous les auditeurs. “Les tableaux de ma mère sont comme un brainstorming quand je compose car plein de mots peuvent me venir et amènent à réfléchir. Une image vaut mille mots comme le dit si bien le proverbe. L’univers abstrait de ses tableaux reflètent beaucoup l’univers onirique de mes chansons. J’utilise des métaphores qui peuvent avoir plusieurs significations”, a réagi Eugénie.

La musique d’Enea est diamétralement opposée. Elle la voit comme “une pastille de vitamine C qui met de bonne humeur”, nous dit-elle. Que ce soit dans les textes ou les mélodies, le message est plus percutant. On assiste alors à un antagonisme temporel et musical radical : Enea une artiste matinale, Eugénie un talent nocturne. C’est aussi ce qu’imagine Chad lorsqu’on lui demande de décrire sa vision des auditeurs des deux jeunes femmes. “Enea, c’est ce qu’écouterait potentiellement une jeune fille qui va en cours et qui veut se réveiller pour passer une bonne journée. Eugénie, c’est plutôt la décontraction, le calme d’une fin de journée bien remplie”.

Enea, quand la nostalgie est source d’énergie

À 24 ans, Enea est montée sur Paris pour la musique. Repérée il y a quelques mois par W9 avec une reprise d’Ariana Grande, elle a montré le premier jet de sa collaboration avec Meya Music par des covers comme celui d’Hailee Steinfled lors de son showcase à l’Étage. “Musicalement, je vais avoir tendance à écouter plus de musique anglophone, mais dans le textes, les artistes français m’influencent davantage”. Celle qui cite comme grandes figures Zara Larsson, Grand Corps Malade, Brel ou encore Gainsbourg, a mis en ligne sa première composition piano/voix sur YouTube (vidéo ci-dessus). Autant dans sa mélodie que dans ses textes, Enea évoque une nostalgie. “Ça fait partie de ma façon de vivre et d’être. Je suis nostalgique de plein de choses différentes”, confie-t-elle. C’est d’ailleurs cet aspect qui la pousse à composer des sons plus énergétiques.

C’est la thérapie des autres en passant par sa propre thérapie.

Ce que fait Enea, c’est tenter de créer la musique qu’elle serait capable d’écouter le matin et qui lui ferait du bien. Proche d’une certaine “nostalgie positive” comme Chad le dit si bien, la jeune femme caractérise ces moments d’hypersensibilité. “C’est tellement partie intégrante de ma musique que je fais que c’est quelque chose de constructif, un sentiment bien plus positif que péjoratif”.

Dans son album, Enea jouera sur deux plans afin de créer des billets d’humeur propres à chaque morceau. D’ailleurs, elle a un avis plutôt tranché sur l’environnement pop actuel. « Quand on a tendance à aller vers un titre qui est assez “solaire”, on va avoir la possibilité de poser des mots simples alors qu’on peut justement allier pop avec des textes sincères”.
Cet environnement pop qui lui va si bien sera contrebalancé par la présence de morceaux plus mélancoliques et plus acoustiques afin de parfaire la continuité du chemin commencé avec Chad et Meya Music il y a déjà plusieurs mois.

Eugénie : Slimane et Vianney n’y sont pas insensibles

La rencontre entre Eugénie et Chad s’est faite un peu par surprise. Tous deux présents à un anniversaire, ils sont allés l’un vers l’autre. La jeune artiste, d’habitude réticente à présenter son travail, décide de faire écouter à Chad une de ses compositions “très expérimentales”. Chad, visiblement très intéressé par son grain de voix, la rappelle un mois plus tard et lui propose de rencontrer son équipe en studio, c’est-à-dire Yaacov et Meir Salah de Meya Music.Chad voulait vraiment faire un travail sur-mesure et adapté à mon univers, alors que je ne savais même pas que j’en avais un”, avoue Eugénie.

Après de longs mois de travail et une définition exacte du projet que Faubourg 26 et Eugénie voulaient créer, l’équipe a décidé de lancer une page Facebook où la chanteuse posterait quelques covers, chez elle. “Avec Chad, nous avons décidé que l’authenticité devait passer par des vidéos faites maison. Je voulais vraiment avoir un contact direct et sincère avec le public”. Pour celle qui continue encore ses études en communication, ce style était aussi un gain de temps non-négligeable. Cette qualité de vidéos est finalement un signe d’évolution. La collaboration avec Meya Music sur les reprises a capella, le passage à une vidéo par mois ou encore une prochaine signature chez une grande maison de disques seront autant de facteurs qui accentueront l’aspect professionnel des contenus et l’évolution d’Eugénie dans le domaine musical.

Une autre stratégie consiste en le choix des covers qui permet de se faire une idée des influences de la jeune chanteuse. “J’essaie de les diversifier au maximum. Je tente de prendre des musiques récentes puisque ça touche plus facilement, mais le but est de varier le contenu pour faire plaisir aux internautes”, explique Eugénie.
Ce qui plait chez la chanteuse, c’est la sensibilité et le naturel qu’elle dégage à chaque apparition. La sincérité ne fait que renforcer la connivence qu’il y a entre les spectateurs et elle. Cette stratégie semble porter ces fruits puisque chaque reprise qu’elle poste est virale et des artistes la remarquent, à l’image de Vianney ou encore Slimane.

11246363_1700447963556043_7250329389382822826_n

Les compositions d’Eugénie ont de quoi surprendre et mettent l’eau à la bouche. Avec ces covers acoustiques, elle nous a habitué à beaucoup de douceur. Pour son album, la jeune artiste s’est orientée vers de l’electro-pop. “Quand je compose, je suis piano-voix ou guitare-voix. Ensuite, en studio, on leur amène un nouveau souffle”, nous dit-elle. Même si l’acoustique sera vraiment moins présent dans le LP, l’interprétation sera similaire. Elle prend d’ailleurs comme exemple la star suédoise montante Låpsley. Avec une musique planante et très inspirante pour de nombreux artistes contemporains, la suédoise marque profondément son temps.
Finalement, Eugénie ancre sa musique dans un univers musical où la pop planante prend toute son ampleur et son origine. Pour le plaisir de nos oreilles, on ne dit pas non à ça.

À l’occasion de ce long entretien et tournage du reportage à retrouver en haut d’article sous le titre, Eugénie nous interprète une session live exclusive de “Lush Life” de Zara Larsson. (Disponible le 8 juin sous ce paragraphe). Nous retiendrons d’ailleurs cette petite note d’intention sympathique : “Comme FØLGE a un nom d’origine norvégien, je me suis dit qu’une chanteuse scandinave allait vous plaire”. Nous te remercions donc encore une fois.

Devenez un FØLGER
Contribuez aux storytellings de FØLGE et rejoignez la rédaction
Écrivez à contact@folge.fr