Instagram L'apogée de la Fashion Illustration

2

Si la mode du pointillisme semble revenir plus que jamais sur Instagram, sous forme de visages incarnés, certains ArtStyles prennent aussi les devants sur leur milieu. La Fashion Illustration, soit la reproduction très libre d’icônes de la mode et de personnalités en général semble reprendre les dessins disproportionnés de la bande dessinée américaine des années 90. Au détour d’une conversation avec un jeune créateur, Fabien Chevy, on a tenté de pénétrer dans l’univers totalement unique de l’illustration moderne, a travers quatre pièces de sa collection.

Au moyen d’un dispositif purement graphique, chaque créateur contourne et détourne la silhouette et
l’apparence globale d’une célébrité pour lui donner un aspect plus grandiose. Le mégaphone du « mouvement » s’appelle Hayden Williams, et fait aujourd’hui partie intégrante des nouvelles directions de la mode ( un partenariat avec Kate Moss pourrait donner une indication ). Reconnu comme le plus grand, on préfère se concentrer sur ceux qui émergent. Parmi Eux, Fabien Chevy, jeune Illustrator de dix-neuf ans, fait partie de cette génération qui manipule l’outil graphique à la perfection. Focalisé depuis quelques mois sur les plus grandes mannequins internationales, il montre avec facilité comment le genre devient incontournable : la famille Jenner qui prend de nouvelles proportions, Kate Moss qui devient plus pulpeuse que jamais en s’essayant au lipstick rouge, ou encore Cara Delevingne qui est représentée comme la pièce centrale des nouvelles collections.

Kate Moss, reine d'un demi-siècle

Kate Moss, reine d’un demi-siècle

L’objectif n’est pas de produire de pâles copies de stars sur le déclin, ni de s’approprier l’image de chaque personnalité, mais plutôt de les montrer sous des courbes imaginaires, souvent grandies, pour donner l’idée d’effervescence dans chacune de leur carrière respective. « Personnellement, les likes m’importent peu, on fonctionne tous ( les illustrators ndlr) avec des hashtags mais ils ne sont pas les plus significatifs, les commentaires construits de personnes qui ont un coup de coeur pour tel ou tel dessin le sont beaucoup plus. Le summum, c’est lorsqu’une personnalité apprécie voire republie une de mes créations, comme ont pu le faire Bella Hadid à deux reprises ou encore Emily Ratajkowski. Le prestige n’est pas le plus important mais il est gratifiant » nous confiait-il récemment.
Au moyen des différents outils ou logiciels de création, chaque illustrateur semble donc avoir une possibilité quasi infinie de définir son espace de création, se donner une identité, même si selon lui, il est toujours compliqué de se donner une image absolue et définitive dans le milieu. « Pour arriver à être reconnaissable dans cette sphère, il faut avoir une véritable façon différente d’interpréter des mannequins, des artistes ou des acteurs, soit en forçant leurs traits avec une certaine empreinte, soit être extravagant ou encore colorer au maximum pour se rapprocher quasiment d’une toile, d’un tableau numérique« .

 

image

 

Cet univers n’est sûrement pas le plus exploré, la plupart préférant les paysages songeurs et remplis
d’émotion de supermarché, mais il est bel et bien un des plus prisés, aujourd’hui, par la Mode et les attraits de la célébrité. Se voir représenté et refaçonné a toujours une plus value esthétique lorsque on est aussi précisément imaginé, et notre jeune artiste du jour semble le percevoir à merveille, anticipant chaque mouvement ou rotation de la mode à la perfection.

Si l’inspiration est assez libre, elle reste tout de même assez essentielle, avec l’idée d’avoir en tête « de
toujours vouloir dessiner quelque chose d’original, pour son propre bien et pour ne pas ressembler à un vulgaire calque, tout en se diversifiant le plus possible, pour ne pas être enfermé dans les mêmes schémas. Il ne faut jamais être systématique« . C’est ici qu’on perçoit la difficulté extrême de percer sur un réseau social comme Instagram, en perpétuelle évolution, et qui se nourrit des fruits les plus mûrs. A ce titre, Fabien prouve que la liberté peut être la clé du succès tout comme elle peut limiter voire désabuser les jeunes créateurs qui chercherait à exposer leur talent, ou leur inventivité. « Instagram est tellement vaste que s’y perdre est plus facile qu’y émerger. Le talent n’est pas toujours reconnu, il faut parfois forcer la décision et se forcer soi-même à explorer des régions qui nous sortent de nos capacités originelles« .

 

image

 

C’est alors qu’en se mettant à son propre service et au service des diverses communautés de fans à travers le monde, le jeune illustrator, comptant déjà plus de 2100 abonnés, parvient à obtenir une place de choix parmi ces artistes qui, chaque jour, redéfinissent Instagram et les différents autres réseaux sociaux, en associant des techniques pointues et une imagination de talent. Si chaque personnalité cherche toujours un moyen d’exister, de rester mystérieux ou au contraire de s’écharper sur des tapis rouges dont la couleur est très justifiée, il ne faut pas oublier à quel point leur existence est liée à celles et ceux qui leur donnent cette image, cette popularité, ou encore ce rayonnement à travers le monde.

« Pour travailler, pour essayer de retranscrire le dynamisme et les rythmiques de mes modèles, dans ma façon de créer, je me passe souvent la bande originale du film très réussi The Neon Demon, de Nicolas Winding Refn, et notamment The Demon Dance« . Avis aux amateurs en tous genres.

 

Devenez un FØLGER
Contribuez aux storytellings de FØLGE et rejoignez la rédaction
Écrivez à contact@folge.fr